Traduire les outils WordPress, ça ne se fait pas n’importe comment

Traduire ou ne pas traduire, telle est la question

Il y a quelques temps, je pous­sais un grand cri étran­glé en rap­port avec l’équipe de WordPress-net.fr — cf. mon bil­let mul­ti­com­men­té WP-fr.net: y’a-t-il un pilote dans l’avion ? — et les nom­breuses réac­tions et pré­ci­sions m’ont per­mis de pénétr­er dans le monde des gens qui bossent sur le Word­Press fran­coph­o­ne. Je me moque mais j’imagine que le rap­port entre les util­isa­teurs de Word­Press et les “décideurs” est un peu le même que celui d’un fan de BD vis à vis d’un auteur pro­fes­sion­nel. On sait qu’ils exis­tent, on prof­ite de leur boulot mais on a un peu de mal à imag­in­er que ce sont des hommes ou femmes comme vous et moi.

Dernière­ment, je me suis occupé de la tra­duc­tion française d’un plu­g­in que je compte utilis­er et j’ai été con­fron­té au prob­lème de la val­i­da­tion de mes tra­duc­tions — j’en ai déjà par­lé mais je développe tout ça dans la suite. Il a fal­lut que je me rep­longe dans les méan­dres de Slack et j’ai fait des décou­vertes incroy­ables qui méri­tent bien un bil­let ici.

La traduction avant la Civilisation

Traduire un thème ou un plu­g­in Word­Press a longtemps été le Far-West. Le con­cep­teur du plugin/thème générait un fichi­er .pot et le tra­duc­teur pas­sait par un édi­teur de texte ou
PoEd­it pour créer les fichiers de tra­duc­tion française qu’il envoy­ait au con­cep­teur qui se chargeait d’incorporer ça dans le fichi­er zip de son tra­vail.
C’était le Far-West puisque n’importe qui pou­vait faire une tra­duc­tion dans son coin comme il l’entendait, fautes d’orthographe et con­tre­sens “Google Trans­late” inté­grés. Je me suis même retrou­vé avec une tra­duc­tion “récupérée” par un autre tra­duc­teur qui avait dû inter­venir sur 10% de mon texte avant de le con­tester.

traduction dans PoEdit
tra­duc­tion dans PoEd­it

Le trou noir

Depuis quelques temps, l’ordre et la loi s’imposent peu à peu dans la jun­gle des tra­duc­tions puisque WordPress.org pro­pose aux développeurs un sys­tème de tra­duc­tion col­lab­o­ratif directe­ment au niveau de la page du thème/plugin. Cette avancée per­met de sim­pli­fi­er le proces­sus, automa­tis­er les mis­es à jour des tra­duc­tions et… for­malis­er les tra­duc­tions.
En effet, le tra­duc­teur n’a plus la main sur la val­i­da­tion de la tra­duc­tion. L’équipe française de tra­duc­tion de Word­Press con­trôle le proces­sus de val­i­da­tion du tra­vail du tra­duc­teur comme indiqué ici https://fr.wordpress.org/2015/12/18/how-french-community-handles-pte-requests/. Si vous lisez l’english dans le texte, vous voyez qu’il faut qu’un PTE (edi­tor) valide la tra­duc­tion, PTE qui fait oblig­a­toire­ment par­tie de l’équipe de tra­duc­tion française — mais on peut aus­si devenir PTE comme me le fait remar­quer Flobo­go sans être mem­bre de l’équipe en ques­tion. Cela per­met évidem­ment d’obtenir une tra­duc­tion de qual­ité mais le côté som­bre de l’affaire, c’est que la tra­duc­tion n’est pas disponible aux util­isa­teurs tant qu’elle n’est pas validée. Et vous êtes légitime­ment en droit de penser que ça ne risque pas d’arriver avant les cal­en­des grec­ques… Le plus sim­ple serait de vous faire bom­barder PTE pour valid­er automa­tique­ment votre tra­vail. Et il est temps de sor­tir la machette et les por­teurs. En avant pour l’Aventure !

Petit manuel en images de la traduction d’un plugin

trouver l'endroit où traduire sur une page d'extension
trou­ver l’endroit où traduire sur une page d’extension
choix des langues
choix des langues
choix du "package" à traduire
choix du “pack­age” à traduire

traduction-plugin-liste

traduction-plugin-entree

Comment ne pas devenir PTE en cinq leçons

Alors, pour devenir PTE, il faut pou­voir con­tac­ter la French Team. Je pen­sais — naïve­ment, j’étais jeune et fougueux — que cela se fai­sait au niveau du forum WP-net.fr. Oh que non, ce serait trop facile. Et si j’ai appris quelque chose lors de ce pas­sage sur Terre, c’est que rien n’est facile quand il s’agit de la com­mu­nauté fran­coph­o­ne WP. Pour con­tac­ter l’équipe de tra­duc­tion, il fau­dra pass­er par Slack qui est devenu un peu le cen­tre de com­mu­ni­ca­tion de ceux qui por­tent un cha­peau. Évidem­ment, ce n’est pas le même Slack que pour l’association WP-net.fr — j’en vois qui com­men­cent déjà à décrocher — mais un autre Slack (et Slack, dans sa très grande sagesse, crée des comptes indépen­dants les uns des autres pour chaque Slack): https://wordpressfr.slack.com/.

Mais on y entre que par invi­ta­tion pleur­nichez-vous ? Pas de prob­lème, il faut vous inscrire en pas­sant par cet URL: http://boiteaweb.fr/slack-invitation (oui, ça marche main­tenant). Un peu d’explications ici http://www.geekpress.fr/invitez-vous-sur-le-chat-wordpress-francophone-sur-slack/. Vous trou­vez ça un peu tiré par les cheveux ? Moi aus­si. Mais qui sommes-nous pour juger…

Slack a la bonne idée de plan­quer les “chan­nels” aux­quels vous n’êtes pas abon­nés et il faut donc cli­quer pour trou­ver celui qui nous intéresse, à savoir #traductions. cf. image suiv­ante.

slack-traductions

À ce moment-là, vous pou­vez rejoin­dre la dis­cus­sion et deman­der la val­i­da­tion de votre tra­duc­tion. Et là, les ennuis com­men­cent.

Au pays des règles de ponctuation

Inutile de rêver, la com­mu­nauté des tra­duc­teurs n’a rien à voir avec la moni­trice de surf sym­pa et relax de vos vacances à la mer. Nous entrons au pays des Règles et de la Norme — j’ai un copain comme ça et j’ai régulière­ment envie de le frap­per à coups de barre de fer.
Si vous êtes fâché avec l’orthographe et ne sup­port­ez pas les espaces insé­ca­bles, vous allez vous retrou­ver en pays enne­mi. Mais on ne peut peut guère leur reprocher cette atti­tude : une bonne tra­duc­tion de ter­mes tech­niques demande une rigueur cer­taine. Les normes ont le gros avan­tage de struc­tur­er le résul­tat et le rend pérenne. Une bonne tra­duc­tion demande des règles strictes… ce qui sig­ni­fie du tra­vail en plus de juste traduire les phras­es. J’y ai ain­si décou­vert des ressources incon­nues et utiles:

Et c’est à ce niveau que, hagard et frus­tré, les cheveux en bataille et les yeux injec­tés de sang, que je pousse un râle énervé.

Une structure pyramidale au sommet dans les nuages

Si vous avez un peu de bouteille, vous avez dû voir le pas­sage des ter­mes “bil­let” à “arti­cle” ou “mot-clef” à “éti­quette” dans le vocab­u­laire fran­coph­o­ne Word­Pressien. Igno­rant des ten­ants et aboutis­sants de cette affaire, vous avez pris ça comme on se prend un san­gli­er dans le pare-choc avant : avec un cer­tain fatal­isme en maud­is­sant le Des­tin cru­el et imprévis­i­ble. Mais con­traire­ment au san­gli­er, ces ter­mes ne doivent rien au “pas de bol”. Des gens en chair et en os l’ont décidé… et vis­i­ble­ment sans me deman­der mon avis.
Et c’est là que je couine. Je ne peux pas reprocher à des per­son­nes de fournir un tra­vail bénév­ole de tra­duc­tion mais, encore une fois, je ne peux que reprocher un manque de trans­parence frus­trant. Il y a un forum et un site offi­ciels et aucun mes­sage d’information, pas de con­sul­ta­tion éventuelle, rien, nada.

La con­sul­ta­tion du glos­saire offi­ciel m’a même réservé une sur­prise de taille: le terme shortcode a une tra­duc­tion offi­cielle qui est code court. Une sur­prise parce que je n’ai jamais croisé ce terme en plus de dix ans de Word­Press. Que nous l’utilisons qua­si­ment quo­ti­di­en­nement sur le forum sans que per­son­ne ne fasse de remar­que. Que je le sors par louche entière sur ce blog sans qu’aucun vis­i­teur ne vienne gen­ti­ment me cor­riger. Et on se retrou­ve avec un para­doxe assez clas­sique en France : une ter­mi­nolo­gie offi­cielle non util­isée par les pre­miers con­cernés, à savoir les citoyens/utilisateurs, décidée par une Académie qui ne sem­ble pas se préoc­cu­per de la pro­mo­tion de ses pro­pres déci­sions. Parce qu’une recherche rapi­de sur les mots “code court” sur Google mon­tre rapi­de­ment que per­son­ne ne l’utilise sur le Web. Pire, le seul short­code offi­ciel du moteur Word­Press, le fameux [ gallery ] n’apparaît sur le Codex qu’en ver­sion anglaise. Et encore pire que pire : https://codex.wordpress.org/fr:Shortcode. La tra­duc­tion offi­cielle du Codex ne prend pas en compte la tra­duc­tion recom­mandée.

Shortcode ou not shortcode ?
Short­code ou not short­code ?

Avançons au lieu de couiner

Même si je finis en mode ron­chon, l’objectif de ce bil­let n’est pas de con­tester l’équipe respon­s­able de la tra­duc­tion — comme beau­coup de gens, ils font un tra­vail bénév­ole pour soutenir un moteur de CMS que nous aimons bien. Ils cherchent des solu­tions, ils essaient de faire en sorte que les tra­duc­tions soient les plus car­rées pos­si­bles et on ne peut que les en féliciter. Mais une vraie pro­mo­tion de cette tra­duc­tion me parait indis­pens­able — et c’est l’objet prin­ci­pal de ce bil­let — et peut motiv­er des per­son­nes à se lancer dans la tra­duc­tion de plu­g­ins par exem­ple en toute con­nais­sance de cause. Et il faut une page expli­quant com­ment devenir tra­duc­teur de Word­Press et qui tra­vaille là-dessus. Le flou artis­tique sur cette ques­tion est par­ti­c­ulière­ment frus­trant — parce que le logi­ciel libre donne l’impression que “tout le monde” peut par­ticiper saut que “tout le monde” ne sait même pas à qui s’adresser.

Je fini­rai quand même par une remar­que per­fide : est-ce que le principe de val­i­da­tion n’est finale­ment pas con­tre-pro­duc­tif ? Le sys­tème ancien per­me­t­tait au pro­gram­meur d’avoir rapi­de­ment une tra­duc­tion à la qual­ité iné­gale (ou l’on par­lait de plugin au lieu d’extension, où on ne respec­tait pas les espaces insé­ca­bles, où l’on oubli­ait les guillemets typographiques…) mais qui avait le mérite d’exister et qui était dans la plu­part des cas d’une grande aide pour les non-anglo­phones. Le sys­tème de val­i­da­tion per­met d’avoir une tra­duc­tion de bien meilleure qual­ité… mais pas immé­di­ate, loin de là, comme le con­firme mon expéri­ence. Sans compter les volon­taires qui risquent de se décourager rapi­de­ment s’ils ne sont pas fans de pré­ci­sion dans leur tra­duc­tion. Je me retrou­ve avec un plu­g­in traduit — du mieux que j’ai pu — tou­jours pas validé. À la mer­ci du bon vouloir de per­son­nes qui vont gri­mac­er à la lec­ture de ce bil­let et qui ne le valid­eront peut-être jamais, qui peut savoir ? Cette con­trainte est très frus­trante puisqu’on se retrou­ve à faire un tra­vail bénév­ole au béné­fice de la com­mu­nauté mais sans garantie de résul­tat. Même Wikipedia n’impose pas des règles de par­tic­i­pa­tion aus­si strictes.

Il va fal­loir que je regarde quelles sont les règles de val­i­da­tion de tra­duc­tion pour les autres langues et en relisant la déc­la­ra­tion d’intention de l’équipe de tra­duc­tion, je com­prends limpi­de­ment l’objectif ciblé: offrir la meilleure tra­duc­tion pos­si­ble pour les créa­teurs de plu­g­in. C’est mag­nifique pour les pro­gram­meurs qui sont assurés d’avoir un résul­tat qui sat­is­fera l’utilisateur — sauf l’abruti qui deman­dera « C’est quoi un code court ? » — mais je ne sais pas s’il sera aus­si sat­is­fait d’avoir à poireauter pour une val­i­da­tion de quelques lignes pour les plu­g­ins — oups, les exten­sions — les plus sim­ples.
J’ai été con­tac­té par l’équipe de All in One SEO pour servir de PTE (val­i­da­teur, quoi) et j’ai naïve­ment accep­té alors que je me rends compte main­tenant que j’ignorais tout des règles exigées pour la tra­duc­tion (je n’ai pas eu de nou­velle). Je suis con­tent que ça ne soit pas fait, c’est un plu­g­in très impor­tant et une tra­duc­tion défectueuse aurait été cat­a­strophique mais toutes les exten­sions ne sont pas aus­si pop­u­laires et ne deman­dent pas une pré­ci­sion de ter­mes impec­ca­ble. J’ai bien peur que le sys­tème freine la tra­duc­tion des “petites exten­sions”…

Enfin, il n’y a pas pour l’instant de règle claire sur ce qui passe ou pas la val­i­da­tion. Par exem­ple, on peut com­pren­dre que des tour­nures pas claires ou des fautes d’orthographe néces­si­tent des cor­rec­tions mais est-ce qu’utiliser le terme plugin est con­sid­éré comme dis­qual­i­fi­ant — ou oubli­er les espaces avant un point d’exclamation ? Si c’est le cas, on risque fort de démo­tiv­er les per­son­nes volon­taires: le tra­duc­teur est sûre­ment par­tant pour cor­riger les erreurs grossières mais s’il doit repren­dre deux ou trois fois son boulot parce qu’il a loupé des choses de ce type, il risque de laiss­er tomber et on va se retrou­ver avec une cor­rec­tion jamais validée alors qu’elle ne pose aucun prob­lème de clarté ou de com­préhen­sion pour l’utilisateur.

Et enfin, dernier para­doxe: les plu­g­ins d’auteurs français, qui font donc leur pro­pre ver­sion française validée par eux-mêmes, risquent d’avoir des textes pas con­formes aux canons demandés et seront donc moins “val­ables” que des plu­g­ins traduits !

Proposition

Au final, en tapant ce texte, je me suis dit que l’on pou­vait peut-être mod­uler ces his­toires de val­i­da­tion.

Par exem­ple:

  • un plu­g­in de plus de six mois d’âge avec moins de cent util­isa­teurs pour­rait voir sa tra­duc­tion validée immé­di­ate­ment — sauf erreur grossière de tra­duc­tion détec­tée — après envoi de l’URL de con­signes sur les tra­duc­tions.
  • un plu­g­in avec moins de cinquante entrées de tra­duc­tion et moins de mille util­isa­teurs pour­rait être validé de la même manière. En effet, les tra­duc­tions validées ne sont pas gravées dans le mar­bre et, si erreur il y a, les cor­rec­tions sont pos­si­bles par les util­isa­teurs.
  • un plu­g­in bien instal­lé et com­plexe — plus de trois mille util­isa­teurs et plus de cinquante entrées — néces­site une tra­duc­tion par­faite parce qu’il est plus sus­cep­ti­ble d’être util­isé par la com­mu­nauté.

Bon, bref, une échelle de référence qui aurait à mon avis un avan­tage: per­me­t­tre la tra­duc­tion rapi­de de “petites exten­sions” peu pop­u­laires mais qui néces­si­tent une ver­sion française pour quelques util­isa­teurs pour des phras­es qui appa­rais­sent côté vis­i­teur par exem­ple. Ce qui n’empêcherait pas une tra­duc­tion con­forme pour les “gross­es exten­sions” pop­u­laires et très util­isées chez les util­isa­teurs fran­coph­o­nes.

Je com­prends par­faite­ment la notion de défense de la langue française — je milite glob­ale­ment dans ce sens même au niveau de mon tra­vail — mais je trou­verai dom­mage­able que ce com­bat freine les bonnes volon­tés autour d’un CMS con­stru­it à la base en langue anglaise. Ou alors il faut faire un fork de Word­Press en langue française qui n’accepte que les exten­sions aux tra­duc­tions dûment validées…

Mise à jour du 06/09/2016 : après dis­cus­sions et réflex­ions, je recon­nais que cette approche de la val­i­da­tion n’est pas pos­si­ble. J’ignore si on pour­ra un jour gér­er la tra­duc­tion d’extensions de manière plus sou­ple mais le sys­tème actuel ne sup­porte pas d’approximation ‑ cf. la réponse faite par FX Bénard dont je donne le lien en fin de bil­let.

Complément quelques heures plus tard

Rhââââ. J’abandonne la val­i­da­tion de ma tra­duc­tion par la voie offi­cielle — même si je vais essay­er de la ren­dre nick­el pour le coup. En effet, le val­i­da­teur m’a fait remar­quer que j’avais oublié les apos­tro­phes typographiques. Elles se tapent avec un code spé­cial et il est con­seil­lé d’utiliser un pilote de clavier enrichi. Ce qui va me per­me­t­tre de les lis­ter ici:

  • kbd­fr dkhttp://psydk.org/kbdfr-dk — est celui que j’utilisais depuis assez longtemps mais on m’a fait remar­quer qu’il lui manque la fameuse apos­tro­phe typographique — et aus­si les points de sus­pen­sion. Je le trou­ve très ergonomique parce qu’il passe naturelle­ment par la touche Majus­cule pour les majus­cules mais, évidem­ment, ça sig­ni­fie que les chiffres à attein­dre par majus­cule ne fonc­tion­nent pas. Ça peut être gênant mais je m’en passe bien avec un clavier numérique.
  • kbd­frachttp://users.sfr.be/denis.liegeois/kbdfrac.htm — est très util­isé mais la dis­po­si­tion des car­ac­tères spé­ci­aux est peu pra­tique pour moi. Il ne pro­pose pas les points de sus­pen­sion.
  • Pilote enrichihttps://sourceforge.net/projects/frelrick/ — me sem­ble le plus com­plet et plus ergonomique que le précé­dent. Il embar­que même des car­ac­tères spé­ci­aux étrangers !

Luci­ole nous pro­pose deux out­ils pour tester la valid­ité topographique d’un texte :

Au final, j’ai passé un temps fou à cor­riger cette tra­duc­tion et elle était encore incom­plète. Le val­i­da­teur a passé un temps fou à la véri­fi­er et il n’en peut plus. Ce sys­tème me parait com­plète­ment kafkaïen. Il néces­site des réflex­es de typogra­phie stricts, ce qui sig­ni­fie dans mon cas lit­térale­ment réap­pren­dre à taper. Je n’ose pas imag­in­er les prob­lèmes que vont ren­con­tr­er les per­son­nes qui maîtrisent le français moins bien que moi pour pro­pos­er une tra­duc­tion. Ça me paraît juste impos­si­ble. L’obligation de pass­er à un pilote de clavier spé­cial ou de taper du code pour les car­ac­tères spé­ci­aux me font penser que seules les per­son­nes pos­sé­dant les réflex­es ad hoc de typogra­phie. Celles qui n’en ont pas l’habitude peu­vent en prof­iter pour s’améliorer… ou aban­don­ner devant le tra­vail que cela demande. Et on se retrou­ve même avec quelques inco­hérences étranges avec par exem­ple e-mail dont le glos­saire ne pro­pose pas la ver­sion offi­cielle française — et c’est volon­taire, hein, pas un oubli. Kafkaïen…

FX Bénard me répond

François-Xavier Bénard est un des tra­duc­teurs français WP les plus act­ifs et il a pris le temps de faire une réponse sur mon bil­let polémique ‑ à lire ici https://fxbenard.com/traduire-wordpress-ensemble/. Évidem­ment, sa réponse est un peu dép­ri­mante puisqu’elle douche quelque peu mon ent­hou­si­asme de grande gueule brouil­lonne mais elle est frap­pée au coin du bon sens pra­tique de celui qui fait. Je le remer­cie pour sa patience et sa com­préhen­sion.

Bépo

Dans une espèce de lente spi­rale sans fin, ce prob­lème de typogra­phie française m’a con­duit à m’intéresser au bépo. Je com­pléte mon his­toire ici https://www.li-an.fr/blog/mon-travail/mes-zimages/ami-bepo/.

Partagez

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-nous en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

44 réponses sur “ Traduire les outils WordPress, ça ne se fait pas n’importe comment ”
  1. Je viens d’apprendre que je suis une PTE ! (heureuse­ment qu’il n’y a pas une voyelle de plus au milieu :/ )
    Bref, pas­sons, je ne suis donc pas d’accord avec ta phrase : “PTE qui fait oblig­a­toire­ment par­tie de l’équipe de tra­duc­tion française” puisque ce n’est pas mon cas.
    Car, comme tu le dis toi-même avec ton pro­pre vécu pour AIO-SEO, on peut aus­si être con­tac­té par l’auteur du plu­g­in … (ou le con­tac­ter soi-même, via la page de l’auteur, comme on le fai­sait “autre­fois” ??), et là, mir­a­cle : on échappe à Slack, et aux stratosphères de nos têtes bien pen­santes.
    Et oui, mon bon mon­sieur, c’est comme ça que je me retrou­ve désor­mais “tra­duc­trice en chef” ou “respon­s­able de trad’” (ou PTE si tu veux) du plu­g­in — par­don, de l’extension — Gwolle-GB parce que j’avais traduit ce plu­g­in (crotte) lorsqu’il a été repris par Mar­cel Pol, lequel est un brave Hol­landais avec qui je com­mu­nique en anglais. Et voilà qu’au tout début de la mise en place de la sec­tion Poly­glotte de WP, il m’a pro­posé de pour­suiv­re la tra­duc­tion du plu­g­in (oui, non, mais bon). Et ça con­tin­ue ! En plus, ce bougre de Hol­landais met régulière­ment le “truc” (na ! ) à jour , d’ailleurs, il vient encore d’y en avoir une, va fal­loir que j’aille valid­er tout ça.
    Alors moi, je ne passe par Slack et ses sous-chan­nels, je passe par wordpress.org, mais je te con­sole : le chemin est com­pliqué aus­si, je me goure une fois sur deux ! C’est wordpress.org, mais avec un compte wordpress.com enfin, un truc alam­biqué, je rede­mande mon MDP presque à chaque fois. Du coup, quand je veux éval­uer un plu­g­in (zut) ou faire une demande de sup­port, je me trompe à nou­veau de MDP.
    Mais bon, au moins, Mar­cel me laisse traduire à ma guise. Et donc, je mets un(e) espace avant et après mes points d’interrogation ou d’exclamation, mais ils ne sont point insé­ca­bles (les espaces). Donc, je fais mal ? Ouf, la Team de nos grands-chefs n’en sait (encore) rien !

    Bon, pour pas m’éterniser, j’essaie de résumer :
    — mer­ci pour ton bil­let/ar­ti­cle/­post/truc-machin cool et intéres­sant ^^
    — oui, c’est com­pliqué d’être tra­duc­teur, et surtout “tra­duc­teur en chef”
    — mais non, ça ne passe pas (tou­jours) par Slack et notre Team WPFR.
    — et il est pos­si­ble de traduire des items même si on ne sait pas tout traduire (la preuve avec ta cap­ture écran verte/jaune/blanche) –> et ça, ça fait quand même avancer le schmil­blick. Soyons posi­tifs et opti­mistes :)

  2. Tu as eu de la chance parce que la page dont je donne le lien est clair: nor­male­ment il n’est pas pos­si­ble de devenir PTE hors val­i­da­tion de l’équipe de tra­duc­tion. Je le suis pour Asgaros Forum et j’ai été obligé de pass­er par une demande offi­cielle — le créa­teur du plu­g­in n’a pas pu me coller automa­tique­ment PTE.

    Évidem­ment, mon arti­cle n’a pas plu à tout le monde et je le com­plèterai prob­a­ble­ment. Je sens que je vais revenir à la vieille méth­ode du po et mo parce que là, je suis dans la frus­tra­tion com­plète. Pour l’instant, il m’est impos­si­ble de savoir si des erreurs au niveau d’espace insé­ca­ble est sus­cep­ti­ble de blo­quer une val­i­da­tion ou com­bi­en de temps il faut atten­dre pour une val­i­da­tion. On sort le lance flammes mais on ne répond pas aux ques­tions. Bah, ça ne chang­era pas ma vie…

    1. Plus qu’une ques­tion de chance, je pense à une ques­tion de “tim­ing” (en anglais dans le texte ^^) : comme je l’ai dit, Mar­cel Pol a été très réac­t­if lorsque WP.org a mis en place le nou­veau sys­tème de tra­duc­tions “hors plugin/thème” –> il m’avait tout de suite con­tac­tée (moi et quelques autres tra­duc­teurs d’autres langues) presque avant que le “site de tra­duc­tion” soit mis en place (ça pas­sait par un site où on se con­necte avec le compte wordpress.com). Et je suis sans doute passée à tra­vers les mailles d’un filet … qui n’était sans doute pas encore en place par l’équipe de trad’ WPFR offi­cielle !

      J’avoue que je n’ai pas lu les dif­férentes pages vers lesquelles tu ren­voy­ais, mais rien que celle-là me fait bien rire : sur une page qui est cen­sée être des­tinée essen­tielle­ment à des Français, tout est écrit en anglais, et je ne com­prends pas tout !

      Et oui, bien sûr, la méth­ode du .po et .mo fonc­tionne tou­jours. Sim­ple­ment, on ne peut pas partager sa tra­duc­tion (sauf à l’envoyer par mail à quelques priv­ilégiés), et ça, c’est franche­ment con­traire à l’esprit du “libre et com­mu­nau­taire” !

      1. FxBe­nard qui signe le texte donne une expli­ca­tion qui tient la route: pour traduire, il vaut mieux un bon niveau d’anglais d’où la page totale­ment en anglais pour fil­tr­er déjà à ce niveau. Mais c’est sûr que la plu­part des plu­g­ins ne néces­si­tent pas un tel niveau d’anglais — par­ti­c­ulière­ment quand il est créé par un non-anglophile.

  3. En fait, en relisant ma phrase, je me rends compte qu’il y ambiguïté: en effet, on peut être PTE sans être offi­cielle­ment tra­duc­teur WPfr. Mais pour être PTE, il faut bien être validé par l’équipe en ques­tion d’après ce que j’ai lu.

    1. pour être PTE, il faut bien être validé par l’équipe en ques­tion d’après ce que j’ai lu.” : je com­prends comme toi d’après cette fameuse page. Un PTE ne fait pas for­cé­ment par­tie de l’équipe offi­cielle de trad’ WPFR, mais il/elle doit être validé/approuvé/tamponné(e) par la dite équipe. Je suis donc le “mou­ton excep­tion”, passée à tra­vers les mailles du filet.

  4. Hel­lo Li An, déjà, bra­vo pour ton arti­cle (ain­si que pour le pre­mier, as-tu eux des nou­velles quant à l’avancement du pro­jet WP FR, en privé peut-être ?) ils ont fait un nou­veau logo et un site http://wpfr.net/ (pas top je trou­ve, mais les goûts et les couleurs…) :)

    Pour en revenir à ton arti­cle sur la tra­duc­tion, je ne pen­sais pas que c’était devenu aus­si com­pliqué ! Après oui, les efforts de Word­Press sont énorme en terme de tra­duc­tion, mul­ti­pli­ca­tions des sites (fr/en/ru/es/etc…wordpress.org) et ça com­mence à pay­er je pense (via les moteurs de recherche par exem­ple). On retrou­ve énor­mé­ment de pages en fr.wordpress.org lors de la recherche de plu­g­in ou autre (mais avec con­tenu anglais pour 90% des cas, dom­mage !) sacré SEO !

    https://fr.wordpress.org/plugins/wordpress-seo/ par exem­ple => Instal­la­tions actives : +1 mil­lion quand même ! => aucune tra­duc­tion (sauf l’intro)

    Je peux égale­ment com­pren­dre le souhait d’uniformiser les tra­duc­tions , c’est impor­tant (via le lien que tu as don­née : glos­sary) , cela per­met vrai­ment d’avoir une base à utilis­er et ain­si avoir la même trame partout.

    Ce qui me choque le plus, c’est la val­i­da­tion. Pour mes pro­pres besoins, je dois avoir plus d’une cen­taine de tra­duc­tions de plugins/thèmes Word­Press, que je ne dif­fuse pas par manque de temps (mais cela risque de chang­er je pense vu la reprise de geekeries.fr). La tra­duc­tion est dev­enue extrême­ment sim­ple via PoEd­it oui, mais encore plus avec Loco Trans­late (https://fr.wordpress.org/plugins/loco-translate/ => tiens la fiche est en anglais sur le site FR :/ ) la dif­fu­sion du fichi­er de tra­duc­tion devrait être encore plus sim­ple aujourd’hui !

    Une base FR de toutes les tra­duc­tions devrait exis­ter (www.wptrads.com fait du très bon boulot) => directe­ment sur le site de WP.ORG serai un vrai gain de vis­i­bil­ité (si je clic sur plu­g­in (du site wp.org), il faudrait affich­er unique­ment les plu­g­ins traduits

    Tes exem­ples sont bons à mon sens, mais cela néces­sit­erait de nou­veaux investisse­ments je pense. J’ai traduit un plu­g­in payant de WPMU par exem­ple, où les chaines de tra­duc­tion étaient directe­ment en ligne. Aucune véri­fi­ca­tion il me sem­ble, je pou­vais traduire l’extension directe­ment sur le site et télécharg­er le fichi­er de tra­duc­tion pour l’utiliser sur mon pro­jet.
    Je pou­vais même pub­li­er la tra­duc­tion à tout le monde. Libre à eux de la télécharg­er et/ou de la mod­i­fi­er avec leurs pro­pres mots (ou cor­riger les fautes) (il y a avait égale­ment il me sem­ble l’historique des trads)

    Aus­si, si tu as la réponse, quelle est la dif­férence entre http://www.wpwild.fr/wp-login.php?action=slack-invitation et http://boiteaweb.fr/slack-invitation ? WPWILD est cité offi­cielle­ment sur le site de WP.ORG

    A+

    1. Le site offi­ciel avance comme tu as pu le con­stater et tout le monde essaie de le finalis­er avant la ren­trée. Le forum tourn­era sous bbPress.

      Quant aux deux liens don­nés, ils sem­blent cor­re­spon­dre au même Slack.

      J’ai com­plété mon bil­let ce soir. Le con­clu­sion est sans appel: j’ai échoué à l’examen…

      1. Je viens seule­ment de com­pren­dre qu’il y avait 2 Slacks dif­férents pour WP fran­coph­o­ne ! (je croy­ais — naïve­ment, moi aus­si — que tu con­fondais “Slacks” et “Chan­nels”, désolée)
        Et dire qu’avant le 1er juin, je ne savais même pas ce qu’était Slack …
        Oui, tout ça est Kafkaïen !

  5. Parce qu’en plus, il faut des espaces insé­ca­bles, mais aus­si l’apostrophe je ne sais quoi, et des points de sus­pen­sion qui ne seraient pas 3 braves petits points à la queue-leu-leu ? Non ??!!@&!*£!!
    Ô Dieu Word­Press, mer­ci de m’avoir préservée de tout ça et d’avoir per­mis que je passe à tra­vers les mailles du filet, au moins pour un p… ‚non, “une exten­sion”. Au pas­sage, per­son­ne n’est jamais venu se plain­dre de ma tra­duc­tion !! (sauf une fois sur le forum … fran­coph­o­ne bien sûr, parce qu’elle était incom­plète suite à une mise à jour)

    1. En fait, les per­son­nes qui seraient le plus sus­cep­ti­bles de maîtris­er les réflex­es de typogra­phie exigées doivent représen­ter 1% de la pop­u­la­tion française et par­mi ceux-là, seule une toute petite minorité est intéressée par la tra­duc­tion d’extensions WP. Je soupçonne que l’ensemble de ces per­son­nes fait par­tie de l’équipe de tra­duc­tion offi­cielle WP :-)

      On peut com­par­er avec le bil­let que j’ai fait sur l’assoce: dès sa pub­li­ca­tion, la total­ité des per­son­nes con­cernées est venu s’expliquer ici, pré­cisant les choses et leur point de vue — et c’était une bonne sur­prise pour moi.
      Pour ce qui est des tra­duc­teurs, ils m’ont râlé dessus sur leur chan­nel mais aucun n’a pris le temps de venir répon­dre aux ques­tions posées ici. Je leur reproche une absence de com­mu­ni­ca­tion et de trans­parence et je sens qu’ils n’ont pas com­pris le mes­sage. On ver­ra bien à l’avenir. Mais je suis ten­té de faire un mes­sage offi­ciel à WP.org pour expli­quer la dif­fi­culté qu’il va y avoir à faire des tra­duc­tions pour M. tout le monde et qu’on peut s’attendre à une baisse des con­tri­bu­tions voire tout sim­ple­ment à des solu­tions alter­na­tives, ce qui aurait l’effet opposé de ce qui est espéré.

  6. Cer­tains doivent naître avec un clavier typographique au bout des doigts ^^
    Et oui, c’est dom­mage cette “dilu­tion” des lieux d’échange, entre le Slack comme ci et le Slack comme ça, le forum … Je ne sais pas si ça s’améliorera par la suite …
    Quant au mode de val­i­da­tion des tra­duc­tions ou de leurs PTE respec­tifs, j’ai cru lire “là-bas” que c’était les instances de wordpress.org qui blo­quaient. Curieux …

    1. On doit leur gref­fer parce que ce n’est pas dans le pack Win­dows de base :-) Pour ce qui est de la tra­duc­tion de WP, il n’y a jamais eu de quel­conque annonce sur le forum ou le site WP-net.fr. Mais comme cette tra­duc­tion dépend prin­ci­pale­ment de la team Word­Press orig­inelle, j’imagine que les tra­duc­teurs offi­ciels se con­sid­èrent comme indépen­dants de l’assoce. Ils sont donc “au-dessus” :-)
      Je pense qu’ils n’ont jamais pen­sé à com­mu­ni­quer sur leur tra­vail vis à vis de la com­mu­nauté fran­coph­o­ne… à part éventuelle­ment sur WP.org ?
      À mon avis, ils doivent penser q

  7. Votre arti­cle est vrai­ment drôle, bra­vo, mais vous ne vous êtes pas aperçu du « bor­del » engen­dré par le nou­veau sys­tème pour les développeurs eux-même, du moins pour les développeurs ama­teurs.
    Du temps où je main­te­nais des plu­g­ins sur le dépôt, j’avais été con­fron­té à la page qui annon­cait le bor­del à venir :
    https://make.wordpress.org/plugins/2015/09/01/plugin-translations-on-wordpress-org/
    Je croy­ais avoir fait ce qu’il fal­lait, mais non, mes plu­g­ins ont tou­jours été traduits à l’ancienne façon, ce qui finale­ment n’est pas plus mal..

    Aujourd’hui, un développeur non pro­fes­sion­nel qui désire juste partager son code doit en plus lire toutes ces docs et il y en a un paquet ! : https://make.wordpress.org/meta/handbook/documentation/translations/

    Word­Press est devenu un logi­ciel de pro pour des pros. C’est un out­il qui est devenu com­pliqué avec en plus une doc­u­men­ta­tion désor­don­née., non hier­ar­chisée et sou­vent non mise à jour.

    Word­Press me sem­ble vic­time de sa course à la moder­nité et à la nou­veauté (mis­es à jours tous les qua­tre mois) qui de fait rend l’outil trop com­plexe pour un ama­teur et aus­si même pour ceux qui écrivent la doc­u­men­ta­tion offi­cielle et le CODEX.

    1. J’imagine en effet que c’est du boulot en plus pour les con­cep­teurs d’extensions. C’est le prob­lème des ser­vices: ils exi­gent des normes et donc un tra­vail pure­ment admin­is­tratif.
      Mais encore, dans le cas de cette aide à la tra­duc­tion, il y a des con­traintes tech­niques qui s’expliquent. Pour ce qui est de la typogra­phie, on est en plein délire puisque le sens des phras­es n’est même pas en cause mais la ges­tion d’espace. J’ignore qui a imposé l’espace devant le point d’interrogation mais il n’a pas imag­iné les douleurs que ça engen­dr­erait en infor­ma­tique. Et pourquoi impos­er un tel espace ? Dans ce cas-là, on voit que la norme impose des con­traintes pure­ment ubuesques.

      1. L’espace devant un point d’interrogation est une règle de typogra­phie de l’imprimerie nationale française.. Un extrait est don­né ici pour l’édition de livres sci­en­tifiques : http://tex.loria.fr/typographie/typo.pdf
        Ici un arti­cle qui en fait une adap­ta­tion au net : http://www.graphicvertigo.com/elephant/les-regles-typographiques-de-la-ponctuation-francaise-episode-01/

        Ces règles dif­férent d’une langue à une autre, ain­si les anglais ne met­tent pas d’espace avant le signe « deux-points » alors que c’est l’usage en français, etc. Donc traduire, ce n’est pas seule­ment traduire le fond, c’est aus­si s’adapter à la forme typographique en usage dans la langue.

        J’ignore s’il existe une instance offi­cielle qui a adap­té la typogra­phie de l’imprimerie à celle du web. Mais, on sait que les textes web sont plus faciles à mémoris­er lorsqu’ils ne con­ti­en­nent pas de liens inter­net dans le texte. Les inter­nautes préfèrent eux zap­per de lien en lien dans l’immédiateté du besoin et veu­lent rarement mémoris­er l’information (le net est devenu leur mémoire, leur cerveau ne sert plus à mémoris­er).

        1. En même temps, cette règle est pure­ment “visuelle”. Elle néces­site en plus un espace insé­ca­ble. Je pense que les règles sur le Web sont juste une adap­ta­tion de celles d’impression.

        2. Mag­nifique: le sec­ond URL me donne une page où les règles de pas­sage à la ligne ne sont même pas respec­tées par le moteur de ren­du…
          Franche­ment, je ne suis pas sûr que les espaces présents ou absents jouent sur le con­fort de lec­ture — puisque d’autres pays s’en passent très bien.

          1. C’est tout le prob­lème du web dont les doc­u­ments s’affichent dif­férem­ment selon les moteurs de ren­du et la taille des écrans alors qu’un doc­u­ment imprimé ne subit pas cette con­trainte.

            Con­cer­nant les espaces, c’est une norme typographique française apprise pour l’essentiel à l’école et qui fait la spé­ci­ficité des textes écrits dans notre langue.

            C’est une norme qui du fait de la dom­i­na­tion anglo-sax­onne du web est sou­vent oubliée des français.

            Inter­na­tion­alis­er ne veut pas dire améri­can­is­er mais respecter les us et cou­tumes de chaque pays et de chaque langue.

            Néan­moins, les normes typographiques améri­caines ten­dent à s’imposer au monde entier même si elles ne sont pas néces­saire­ment plus per­ti­nentes que celles des autres langues, par exem­ple :
            — Les améri­cains met­tent des majus­cules presque partout con­traire­ment au français.
            — Le sépara­teur des mil­liers est un point alors qu’en France, c’est une espace.
            — Les points de sus­pen­sions sont séparés par des espaces et pas en français.
            — etc

            Ces règles (ou normes) sont rap­pelées ici pour les tra­duc­teurs fran­coph­o­nes de Word­Press : https://fr.wordpress.org/2016/04/22/regles-typographiques-de-base/

            1. Je com­prends bien mais je ne crois pas la cul­ture française va s’effondrer si on oublie un espace insé­ca­ble. À l’école, j’ai appris que pour faire des points de sus­pen­sion, il fal­lait écrire trois petits points, pas qu’il fal­lait taper un code pour le faire… Toutes les civil­i­sa­tions qui veu­lent sur­vivre doivent aus­si s’adapter. Per­son­nelle­ment, je milite pour que les groupes de musique français essaient d’écrire des chan­sons en français mais ça n’a pas beau­coup de suc­cès

              1. La typogra­phie c’est pas­sion­nant, et les règles français­es ne sont pas spé­ciale­ment com­pliquées. Il faut juste se pencher dessus quelques min­utes pour les com­pren­dre, et com­pren­dre leur intérêt. Si tu veux, je te con­seille un petit livre sym­pa pour voir tout ça.
                De mon côté je n’ai pas appris cela à l’école, mais à l’université (le respect des con­ven­tions typographiques français­es est oblig­a­toire pour la rédac­tion du mémoire de fin d’étude). Et j’ai trou­vé ça « bon à savoir ».

                Au niveau clavier, je sais que le map­ping des claviers mac est un peu plus évi­dent… (beau­coup de rac­cour­cis sim­ples pour la rédac­tion) alors que sur les autres PC il faut sou­vent recourir aux com­bi­naisons via le pavé numérique, mais bon, c’est un coup à pren­dre…

                Penche-toi sur ces con­ven­tions, et tire-en ensuite la sat­is­fac­tion de savoir ponctuer tes textes de façon irréprochable :-)

                1. La typogra­phie c’est aus­si pas­sion­nant que… la phi­latélie :-) — je ne me moque pas, je col­lec­tion­nais les tim­bres dans ma jeunesse. Dis­ons que c’est une pas­sion qui néces­site une cer­taine rigueur et un dés­apren­tis­sage de la frappe au clavier, ce qui n’a rien d’évident (je ne suis plus tout jeune). Mais je compte faire de mon mieux pour mes bil­lets de blog.

  8. Luciole135 et Willy : je défends comme vous le respect de la langue française et des règles de typogra­phie qui l’accompagneent, par exem­ple avec espace avant et après le point d’interrogation / le point d’exclamation / le point-vir­gule / les deux points. Moi aus­si, j’ai eu à rédi­ger un mémoire, mais celui-ci était présen­té imprimé sur papi­er, non pas mis en ligne pour le web.

    Or, l’article de Li-An n’est pas con­sacré au respect des règles de typogra­phie dans un man­u­scrit ou même tapuscrit, mais à l’obligation qui est faite de suiv­re ces règles jusque dans le codage HTML, pour être autorisé à présen­ter une tra­duc­tion française d’un plu­g­in écrit en anglais (par­fois même par un non-anglo­phone).
    Alors, autant je suis capa­ble de traduire dans un français cor­rect un plu­g­in sim­ple dont je maîtrise l’utilisation, autant je me refuse à imag­in­er met­tre des &-nbsp-; avant chaque point d’interrogation, ou à aller chercher je ne sais où une apos­tro­phe comme ci ou comme ça … ou encore parce que j’aurais util­isé “short­ocode” au lieu de “code court” totale­ment inusité !

    Car c’est de cela dont traitait l’article au départ ! Nous sommes ici dans le monde du Web, dans le monde de Word­Press, et le but de l’association WPFR devrait être de favoris­er au max­i­mum la dif­fu­sion de plu­g­ins traduits “au mieux” en français, afin qu’un max­i­mum d’utilisateurs fran­coph­o­nes en béné­fi­cient … au lieu de les con­train­dre à se dépa­touiller avec un plu­g­in qui reste en anglais parce que la tra­duc­tion n’a pas été validée en rai­son d’un &-nbsp-; man­quant !

    1. Cela mon­tre qu’il manque un out­il d’aide à la tra­duc­tion automa­tique qui per­me­t­trait de véri­fi­er la con­for­mité de la tra­duc­tion avec les règles typographiques français­es.
      Car il est vrai que véri­fi­er que l’on a bien écrit une espace insé­ca­ble fine devant le point d’interrogation est assez pénible. Si ce proces­sus pou­vait être automa­tisé, cela serait un grand pro­grès pour tous les tra­duc­teurs.
      A moins qu’un tel out­il n’existe déjà et que pas grand monde ne le con­naisse ?

      Je viens à l’instant de trou­ver cela, je n’ai pas eu le temps de le tester : http://typographie.piprime.fr

      1. Ouaouw ! Sacrée décou­verte. Je rajoute le lien et je le pro­poserai à la ren­trée dans les out­ils éventuels pour les aides à la tra­duc­tion.
        Un des gros prob­lèmes à la val­i­da­tion, c’est qu’il est la plu­part impos­si­ble de déter­min­er “à l’œil nu” si on s’est plan­té dans l’espace ou l’apostrophe — sauf à taper du code, ce qui est car­ré­ment lour­dingue.

        Pour com­pléter ce que dit Flobo­go: je me rends compte que dans le cas de ces tra­duc­tions, on ne demande pas de faire un bon tra­vail en français mais un bon tra­vail d’imprimeur français (avec en plus des con­traintes infor­ma­tiques). Sans nous en ren­dre compte, nous autres blogueurs sommes devenus des imprimeurs puisque nous four­nissons un tra­vail dacty­lo­graphique.

  9. Oui, et le pau­vre développeur a fait part de sa créa­tion dans un forum non infor­ma­tique, ce qui a engen­dré une incom­préhen­sion réciproque.
    Il avait pour pro­jet de, je cite

    Le cor­recteur tra­vaille actuelle­ment en texte brut, pas en HTML. Met­tre un car­ac­tère en exposant ne se fait pas de la même façon, sous LibreOffice/Word, sous LaTeX ou dans un nav­i­ga­teur.
    En mode texte, il n’est pas pos­si­ble de met­tre un car­ac­tère en exposant, sauf ¹, ² et ³ comme ici.
    Une ver­sion html du cor­recteur vien­dra ultérieure­ment, quand cette ver­sion sera opti­male.

    http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?pid=87180#p87180

    Il a du aban­don­ner au vu de la médi­ocrité des retours et des remar­ques (pourquoi se décar­cass­er ?).

    Peut-être sera t-il motivé à amélior­er son ser­vice si des tra­duc­teurs de plu­g­ins Word­Press lui en font la demande ?

    1. Il faudrait en effet le relancer. Le prob­lème avec son moteur c’est que l’on ne peut tester qu’un texte entier ce qui sig­ni­fie de mul­ti­ples copiés/collés pour une tra­duc­tion. Pas glop.

      1. Comme le ser­vice est tou­jours disponible en ligne, il n’est pas aban­don­né puisqu’il lui faut quand même pay­er le nom de domaine et l’hébergement.
        Donc, il y a cer­taine­ment une pos­si­bil­ité de le motiv­er pour amélior­er son ser­vice en vue de la tra­duc­tion spé­ci­fique des chaînes de Poed­it.
        Celui qui a con­cu ce ser­vice est pro­gram­meur, s’il trou­ve une com­mu­nauté intéressée par son tra­vail, il peut à mon avis faire beau­coup car il con­naît le lan­gage LaTeX (util­isé dans les pub­li­ca­tions sci­en­tifiques uni­ver­si­taires et math­é­ma­tiques).

                1. Je crois que je l’avais testé mais comme il néces­si­tait de faire valid­er le texte, j’avais con­sid­éré que c’était trop lourd pour Fire­fox. Je vais le tester de manière plus appro­fondie.
                  Je vais le rajouter dans les ressources.

  10. Cela per­met évidem­ment d’obtenir une tra­duc­tion de qual­ité mais le côté som­bre de l’affaire, c’est que la tra­duc­tion n’est pas disponible aux util­isa­teurs tant qu’elle n’est pas validée” Certes, mais si tu as un compte WP tu peux exporter la tra­duc­tion en .po et faire .mo avec Poed­it et ça roule.
    Je fais de temps à autre des tra­duc­tions d’extensions ou de thèmes, cer­tains ter­mes reste déli­cats à traduire quand même…

  11. Je vais rajouter le lien vers ton bil­let dans le bil­let orig­i­nal. Mer­ci d’avoir pris le temps d’écrire cette longue réponse. Mes réac­tions en vrac :

    • je vais “sup­primer” mes propo­si­tions. Avec le recul, je vois bien que ce n’est pas gérable ‑ même si c’est très frus­trant de ne pas faire à la bourre une petite tra­duc­tion
    • je com­prends par­faite­ment la sépa­ra­tion entre WPfr et le Word­Press français mais il faut que l’info cir­cule et WPfr est un des lieux de ren­con­tres les plus naturels pour les util­isa­teurs WP. Je pro­pose une espèce de “parte­nar­i­at” où l’équipe de tra­duc­tion pour­rait poster un bil­let de blog genre “news sur les tra­duc­tions”. Ça pour­rait être une liste d’extensions nou­velle­ment traduites ou des con­seils pour la typogra­phie. Ain­si les gens seraient au courant de l’existence de l’équipe et com­ment l’intégrer tout en faisant la pro­mo­tion de la tra­duc­tion. Ou créer car­ré­ment un blog sur la tra­duc­tion ‑ le con­seilleur n’est pas prê­teur ou je ne sais quel proverbe dans le genre
    • je pense que la cor­rec­tion “après coup” des tra­duc­tions peut se faire. Je cor­rige moi-même mes tra­duc­tions et lorsque je vois une phrase ban­cale dans une exten­sion que j’utilise, je jette un coup d’ œil sur la tra­duc­tion sur wp.org si elle existe. C’est quand même le gros avan­tage de ce sys­tème.

    Propo­si­tion :
    réalis­er une page très com­plètes sur les règles de typogra­phie et les out­ils disponibles ‑  sur WP.org ? ‑ avec éventuelle­ment les codes HTML des entités util­isées, les liens vers les exten­sions FF ou les claviers enrichis. Précéder d’une intro­duc­tion rap­pelant à cha­cun que rédi­ger sur le Web c’est se faire typographe sans le savoir (un truc que je n’avais pas vrai­ment cap­té avant toute cette his­toire). Le but est d’avoir toutes les ressources en une seule page pour ne pas avoir à par­tir à la recherche d’infos com­plé­men­taires.

    Voilà, j’ai sûre­ment oublié des trucs. Quant au Slack, mon dernier pas­sage a été une expéri­ence telle­ment sur­réal­iste et désagréable ‑ j’ai fail­li en faire une BD ‑ que je n’ose le con­seiller. Je pense lim­iter mes prochains pas­sages à « Bon­jour, j’ai réal­isé une tra­duc­tion d’unetelle exten­sion. Veuillez la valid­er, svp » avant de m’enfuir en courant sous les quoli­bets et les reproches divers.

    1. Je vais rajouter le lien vers ton bil­let dans le bil­let orig­i­nal. Mer­ci d’avoir pris le temps d’écrire cette longue réponse.

      Tu voulais une réponse, la voilà. Le temps a fait son effet, le souf­flet est redescen­du.

      Mes réac­tions en vrac à tes réac­tions :

      je vais « supprimer » mes propositions. Avec le recul, je vois bien que ce n’est pas gérable ‑ même si c’est très frustrant de ne pas faire à la bourre une petite traduction

      Pour l’instant c’est com­pliqué en effet, mais c’est une chose qui doit être pos­si­ble. Une fois PTE il devient très sim­ple de pren­dre la main sur un pro­jet.

      je comprends parfaitement la séparation entre WPfr et le WordPress français mais il faut que l’info circule et WPfr est un des lieux de rencontres les plus naturels pour les utilisateurs WP. Je propose une espèce de « partenariat » où l’équipe de traduction pourrait poster un billet de blog genre « news sur les traductions ». Ça pourrait être une liste d’extensions nouvellement traduites ou des conseils pour la typographie. Ainsi les gens seraient au courant de l’existence de l’équipe et comment l’intégrer tout en faisant la promotion de la traduction. Ou créer carrément un blog sur la traduction ‑ le conseilleur n’est pas prêteur ou je ne sais quel proverbe dans le genre

      Tout à fait d’accord, nous sommes la seule com­mu­nauté où le site offi­ciel n’est pas le Roset­ta, d’où le prob­lèmes de dilu­tion des infos. Pour ce qui est du site dédié, du nou­veau se met en place sur .org https://de.wordpress.org/team/ Peut-être une piste, mais à nou­veau une dilu­tion du con­tenu. Pas sim­ple pour les nou­veaux venus.

      je pense que la correction « après coup » des traductions peut se faire. Je corrige moi-même mes traductions et lorsque je vois une phrase bancale dans une extension que j’utilise, je jette un coup d’ œil sur la traduction sur wp.org si elle existe. C’est quand même le gros avantage de ce système.

      Oui la cor­rec­tion après coup est un atout du sys­tème mais dans les faits c’est com­pliqué car le sys­tème de noti­fi­ca­tions est encore rudi­men­taire.

      Propo­si­tion :
      réalis­er une page très com­plètes sur les règles de typogra­phie et les out­ils disponibles ‑ sur WP.org ? ‑ avec éventuelle­ment les codes HTML des entités util­isées, les liens vers les exten­sions FF ou les claviers enrichis. Précéder d’une intro­duc­tion rap­pelant à cha­cun que rédi­ger sur le Web c’est se faire typographe sans le savoir (un truc que je n’avais pas vrai­ment cap­té avant toute cette his­toire). Le but est d’avoir toutes les ressources en une seule page pour ne pas avoir à par­tir à la recherche d’infos com­plé­men­taires.

      Elles exis­tent déjà ces pages sur fr.wordpress,org ? Elles méri­tent d’être améliorées et com­plétées. Je n’ai pas eu le temps de le faire.
      Écrire c’est être typographe aus­si ;)

      Voilà, j’ai sûre­ment oublié des trucs.
      Moi aus­si.

      Quant au Slack, mon dernier pas­sage a été une expéri­ence telle­ment sur­réal­iste et désagréable ‑ j’ai fail­li en faire une BD ‑ que je n’ose le con­seiller. Je pense lim­iter mes prochains pas­sages à « Bon­jour, j’ai réal­isé une tra­duc­tion d’unetelle exten­sion. Veuillez la valid­er, svp » avant de m’enfuir en courant sous les quoli­bets et les reproches divers.

      Oui je me vois désolé de cette sit­u­a­tion, tes pre­mières appari­tions ont dû laiss­er une cer­taine impres­sion qui main­tenant te colle un peu à la peau. Ne restons pas sur ce malen­ten­du une fois de plus. Si on veut faire avancer la tra­duc­tion française de Word­Press, c’est un de ses canaux de com­mu­ni­ca­tion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Aucun support n’est fourni pour les extensions testées. Vous pouvez utiliser Markdown pour les commentaires.